Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 13:46

Pour les enfants de Ségou : l'association a souhaité faire découvrir aux petits charentais devinettes, fables, contes maliens...

119-1985_IMG.JPG

Dans le cadre de son projet d'école élémentaire, celle du Treuil a choisi d'y inscrire le Mali.
Le jeudi 17 janvier un conteur malien, Kaomi Vignon, est venu à la rencontre des enfants, lors d'un après midi d'animation où la danse, les chants et les fables africaines ont impliqué les élèves de l'ensemble des classes du primaire.
Cette animation se faisait avec le concours de l'association "Farikolo Niènèdiè", présidée par Danielle Bernard assisté de Madani Sissoko, trésorier ségovien et Frédéric Millac, secrétaire. Car l'objet de cette association est de faciliter l'accès, aux enfants de Ségou, au sport et la culture, en créant un lieu d'accueil dans cette ville. 

Texte et Photo Gérald Lame (Correspondant Sud-Ouest)

 

Kaomi Vignon est aussi intervenu le 16 janvier au centre aéré de la CDC de la Boixe où 50 enfants l'ont accompagné dans ses récits.

 

 

Un spectacle plein d'humour destiné à provoquer joie et bonne humeur...

   

 

Pour remercier le public, Koami Vignon lui envoie des baisers, entouré d'Hortense (à gauche) et d'Émilie.Comédien de formation, conteur autodidacte, Koami Vignon a vite fait de transporter son public dans la brousse, à la rencontre de la chèvre « Bacoroni » et de la hyène « Souroukouba », de faire croire que le chimpanzé n'a plus de queue depuis qu'il a mangé trop de papayes ou que le lièvre s'est fait tirer les oreilles par le lion (d'où leur taille) pour avoir refusé de creuser un puits avec les autres animaux.

Petits et grands (animateurs)  étaient sous le charme de ses « Petites paroles d'Afrique », spectacle inspiré de la culture mandingue, des histoires du Burkina-Faso, du Togo, du Bénin et du Mali, des pays que le conteur connaît bien pour y avoir vécu.

Une simple tenue africaine, une calebasse et quelques percussions suffisent à créer le décor. Imitant parfaitement les animaux, par la danse et le chant, Koami Vignon n'hésite pas à faire participer le jeune public, ravi de répondre « borobosa » à chaque « borobosi » lancé par l'artiste ou de reprendre en chœur « Ioma Iomassalé ».

 

Partager cet article

Repost 0
Published by farikolo-nienedie
commenter cet article

commentaires